Accueil > Bibliothèques Autour du Monde > Inde > 2005 : Trivendrum, Inde du sud

2005 : Trivendrum, Inde du sud

Une initiative originale

dimanche 11 juin 2006, par Sylvie Terrier

Trivendrum (Thiruvanathapuram), capitale de l’Etat du Kerala, sur la côte ouest de l’Inde du sud. Une ville commerçante et animée, étalée entre océan et collines, lieux de prédilection des belles maisons coloniales, des universités, des instituts, des bâtiments administratifs, et des bibliothèques dont une splendide bibliothèque publique.

JPEG - 41.1 ko
Bibliothèque publique de Trivendrum

Pour se déplacer, il suffit de faire signe à un rickshaw, ils pullulent dans la ville et la concurrence est rude. Un rickshaw est un petit habitacle posé sur trois roues, avec un moteur de vespas. Il comprend une banquette arrière où trois personnes peuvent facilement s’installer, le conducteur est devant et manœuvre les manettes. Il se faufile partout et est ouvert à tout vent, c’est le moyen idéal pour parcourir de petites distances sans attendre. Il faut toutefois toujours bien s’entendre sur le prix de la course avant de s’asseoir, car il n’y a pas de compteur et les prix souvent gonflent pour le touriste ou l’étranger.

Forest Office Line, en direction de l’Alliance Française. Je tombe par hasard, alors que je cherche à boire un verre de thé sur une étonnante bibliothèque : la Monarch Library.

JPEG - 25.3 ko
Monach Book Lending Library

Cette bibliothèque est un commerce privé et fait partie des nombreuses boutiques de la rue. Elle est minuscule, de la taille d’un petit camion, 5 mètres de long sur trois de large.
L’intérieur est entièrement équipé d’étagères, toutes chargées de livres la plupart du temps couverts de plastique transparent mais sales et poussiéreux. Certains ont la couleur d’une vieille planche.

La bibliothèque est bien organisée, à droite les romans d’aventures, les thrillers, les romans pour les jeunes (Enid Blyton arrive en tête), les biographies. En résumé, un échantillonnage de la production anglo-américiane.
A gauche, le bureau du bibliothécaire, puis deux étagères de livres en Marayam, la langue de l’état et les romans sentimentaux.
Au fond, présentés de face, les périodiques.
Posés en vracs, des bandes dessinées brochées, des fascicules colorés présentant la mythologie indienne.

JPEG - 30 ko
Une espace grand comme un petit camion

Petite enquête :

- Comment devenir membre ?
Il suffit de déposer une caution de 200 roupies (4 euros). Le nom du nouveau membre est inscrit dans un registre ainsi que son adresse. La somme est restituée dès que le lecteur décide de ne plus fréquenter la bibliothèque.

- Combien cela coûte-il pour emprunter un document ?
En fait, il faut ouvrir le livre, le prix du prêt est noté sur la page de titre au stylo bille. Cela varie entre 3 et 40 roupies pour le plus cher (par exemple une biographie d’Indira Gandhi grand format, ou une trilogie de Tolkien) la moyenne se situant autour de 8 roupies.

- Est-ce que le prix varie en fonction de l’épaisseur du livre ?
Non, le prix dépend de la notoriété du livre et de son âge, ainsi un best seller ou une nouveauté coûtent plus cher. Les « romance », romans d’amour coûtent le moins cher.

- Peut-on emprunter les magazines ?
Oui, le prix est de 20% du prix d’achat. Par exemple, un magazine qui coûte 20 roupies à l’achat sera prêté pour 4 roupies.

- Comment se tenir au courant des nouveautés ?
En lisant le panneau d’affichage à droite de l’entrée, on y trouve la liste des best seller proposés par la bibliothèque : le drenier tome de Harry Potter, « La famille » de Mario Puzo, « Black House » de Stephen King ; « Da Vinci Code » de Dan Brown.

- Combien de temps peut-on garder un ouvrage ?
10 jours pour un livre, 4 jours pour un magazine.

- Quel est le nombre de prêt par usager ?
Un seul + 1 magazine.

- Combien de livres sont-ils disponibles ?
Environ un millier.

- Quelles sont les heures d’ouverture ?
Tous les jours, sauf le lundi ; de 8h30 à 13 heures et de 16 à 20h30, soit 54 heures d’ouverture hebdomadaire.

Quant au personnel, il n’y en a qu’un seul, le patron Monsieur M.C Sunesh.
Son fils l’aide de temps en temps. Il a fini ses études d’ingénieur en mécanique mais n’a pas trouvé de travail, alors il aide son père et tient des permanences.

Le fils raconte : son père a fait des études de médecine mais une fois à l’université il s’est aperçu que cela ne l’intéressait pas. Ce qu’il aimait, c’était la lecture et les livres. Et il en achetait beaucoup, il avait déjà à cette époque huit collections. Il prenait le train de nuit pour Madras, la grande ville du sud, célèbre pour ses libraires et ses nombreuses maisons d’éditions. Comme il fréquentait aussi les bibliothèques, il connaissait le mode de fonctionnement.
Un jour, il s’est dit qu’il pourrait monter un petit bizness. Il a loué cette boutique, une ancienne épicerie qu’il a repeinte en blanc et garnie d’étagères. Au départ, la bibliothèque ne contenait que ses propres collections et puis grâce aux entrées d’argent obtenues avec la location des livres, il est retourné à Madras, il a acheté des nouveautés, des livres en format de poche, en langue anglaise de préférence. Il y a tant de choix à Madras ! Voilà, cette bibliothèque privée a été la première à Trivendrum. Depuis, il y en trois ou quatre semblables. Celle-ci a quatorze ans !

Un dernier mot : Monsieur Sunesh regrette que sa bibliothèque ne soit fréquentée que par des personnes âgées. Parmi la centaine de membres inscrits sur ses registres, il n’a pratiquement pas de jeunes. La location est-elle trop chère ? Préfèrent-il aller à la bibliothèque publique ? Ou regarder des cassettes vidéo ?

Une chose est sûre, quand on regarde les registres d’inscription on découvre que des milliers de lecteurs sont passés à la Monarch library, de quoi tout de même être satisfait...

JPEG - 28.8 ko
Affichage des best sellers