Accueil > Bibliothèques Autour du Monde > Inde > 2005 : Bengalore et Dehli la capitale, Inde

2005 : Bengalore et Dehli la capitale, Inde

De Bengalore à Delhi

dimanche 18 juin 2006, par Sylvie Terrier

Bengalore

On présente Bengalore comme LA ville moderne de l’Inde du fait de son activité informatique qui la fait souvent comparer à la Silicone Valley en Californie.

En fait, Bengalore malgré ses grandes avenues ombragées, ses centres commerciaux, ses sociétés étrangères reste encore et toujours une ville indienne. Trafic saturé jusqu’à 21 heures, pollution, commerces à foison. La nouveauté pourrait se trouver dans la vie nocturne avec ses bars et jeux de loterie.

La ville est immense (8,5 millions d’habitants), en expansion constante, divisée en quartiers très vivants avec leurs marchés, leurs mosquées ou leurs temples. Les rickshaws sont particulièrement nerveux et impatients, le sourire et la gentillesse pas toujours de mise.

Je me rends à l’Alliance Française.
Le chauffeur de rickshaw, coopératif au départ me conduit de quartier en quartier et me fait traverser une partie de la ville. Sur une rue commerçante, en plein quartier musulman, il décide que nous sommes arrivés à destination, refusant d’aller plus loin. Je proteste, j’imagine mal l’Alliance en cet endroit, il doit me conduite à la bonne adresse, respecter ce que nous avions convenu ! Il se renseigne sans succès. Nous repartons. L’ambiance est tendue.
Une rue toute droite et à l’angle une grosse bâtisse blanche à deux étages nichée un jardin luxuriant. L’Alliance, enfin ! Le rickshaw m’abandonne avec soulagement et j’entame enfin mon exploration.

Adresse : 108, Thimmaiah Road
Vasanthnagar Bangalore 560 052
Tel : +91 80 5123130

Directeur : Eric Rousseau
E-mail : culture@allfrancebir.com
Site : www.allfrancebir.com

Dans le hall d’entrée, une délicieuse odeur de gâteau au chocolat saisit vos narines. Quelques fauteuils en osier, des tables rondes, un petit jardin intérieur, il doit faire bon boire un petit café en cet endroit où règne une belle convivialité propice pour les animations et rencontres.

Je cherche la bibliothèque et la trouve à l’étage qui comprend également une salle de danse et d’autres services : traduction, mission économique, coordination des cours de langue.

C’est une médiathèque mais sans bibliothécaire. Un lieu bien rempli, un peu sombre, avec une grande table de couleur bleue, accueillante, pour travailler sur place (une dizaine de places assises).

L’espace est essentiellement occupé par les collections de livres, mais propose également des collections de CD, Vidéo et DVD. Quelques mètres carrés supplémentaires ne seraient pas de trop car il faut aussi rajouter une vingtaine de magasines et journaux, deux postes Internet et deux bureaux d’accueil. La collection de romans en français est importante, les documentaires nombreux, la signalisation en cours.

Une seconde salle propose une télévision pour visionner des films et regarder TV5 la télévision francophone, 4 postes pour s’entraîner à la langue française, une collection de livres jeunesse, ainsi que des Bandes Dessinées.

Une petite salle sur le côté propose le fonds d’étude de la langue française, sous forme de manuels d’apprentissage et de documents audiovisuels.

- Heures d’ouverture :
Mardi au vendredi : 9-13h et 15-18h
Samedi : 9-13h et 16-19h
Soit 35 heures d’ouverture hebdomadaire
E-mail : doccentre@allfranceblr.com

- Adhésions et conditions de prêts :
Etudiants et membres de l’Alliance : 350 roupies (70 euros)
Prêts : 1 film, 1 CD, 2 livres, 2 magazines, 1 doc

Résidents de Bengalore : 750 roupies (140 euros)
Prêts : 2 films, 1 CD, 2 livres, 2 magazines, 2 doc

Membres institutionnels (école, université, sociétés) : 750 roupies + 1500 roupies de caution
Prêts : 2 films, 2 CD, 3 livres, 3 magazines, 2 docs

Membres temporaires, visiteurs pour une durée de 3 semaines à 3 mois : 300 roupies (60 euros) + 1500 roupies de caution
Prêts autorisés : non spécifiés.

Tous les documents peuvent être renouvelés, par téléphone ou par E-mail. Pénalité de retard de 1 roupie par jour et par document.

La médiathèque est membre du réseau des bibliothèques centres de Ressources en Inde. Catalogue en ligne : www.France-in-india.org/virtual-library

En l’absence du bibliothécaire, ce qui écourte un peu mon temps de visite, je suis très cordialement reçue par le directeur de l’Alliance, Eric Rousseau.
Un homme énergique que j’ai beaucoup de plaisir à rencontrer car son enthousiasme pour la ville et la vie à Bengalore sont communicatifs. J’apprends ainsi que 350 francophones séjournent à Bengalore, parmi eux 150 français, mais qu’il y a aussi des belges, des africains...

Une véritable bulle économique est en train de se développer, de nouveaux centres commerciaux ouvrent, les délocalisations se multiplient, on compte 47 entreprises françaises. Eric Rousseau est un homme d’action et de projets, qui souhaite travailler avec les locaux formés à l’Alliance. Même avec des moyens réduits il propose des projets culturels d’envergure et sait saisir les bonnes opportunités pour faire de l’Alliance un véritable centre d’échanges et de création.

Deux jour à peine se sont écoulés que déjà je quitte Bangalore pour un saut de 2000 kilomètres vers le Nord : Delhi, la capitale de l’Inde.

Je suis invitée à participer, à titre gracieux à la formation des bibliothécaires des alliances du réseau indien. Je vais enfin découvrir le CEDUST (Centre de Documentation Universitaire et Technique), sa médiathèque centre de ressources et rencontrer sa directrice, Agnès Macquin.

Adresse :
2, Aurangzeb Road
New Delhi 110 011 INDIA
Tel : (91-11) 23 01 56 31/23 01 46 82
Fax : (91-11) 23 79 38 92
E mail : france@fircdel.com
Website : www.france-in-india.org

Conseiller de coopération et d’action culturelle : Jean-Claude Tribolet
Délégué général pour l’Ambassade de France : Jean-Luc Lavaud
Directrice du CEDUST/médiathèque centre d’information sur la France contemporaine : Agnès Macquin

Le centre de Ressource (CEDUST) fait partie intégrante de l’Ambassade de France et par la même dépend du Ministère des Affaires Etrangères.

Ses missions sont de fournir des informations sur la France contemporaine et de favoriser les échanges culturels. La médiathèque centre de ressources a une double mission : elle est un centre de ressources et d’information sur la France contemporaine et elle coordonne le réseau des 13 autres bibliothèques qui constituent le réseau indien.

La Médiathèque du CEDUST dépasse tout ce que j’avais imaginé. C’est un bâtiment récent et très moderne, un bateau à la voilure blanche, au corps de grès rose posé sur un socle de marbre. L’intérieur est élégant et bien rempli : des tables de bois noir, des étagères blanches, un espace coloré pour la section jeunesse, un impressionnant mur de périodiques, une collection non moins impressionnante de documents audiovisuels.

Les collections de livres se trouvent à l’étage, sur une mezzanine suffisamment large pour qu’y soient installées tables et chaises et une galerie pour des expositions temporaires (Jules Verne en cette année d’anniversaire). Le fonds documentaire se déplie sur votre droite, celui des romans à votre gauche. Un tour de tête et vous découvrez le fonds poésie et théâtre, certaines œuvres aux Editions la Pléiade.

Toute la médiathèque est climatisée et cela est un vrai plaisir d’échapper à la chaleur du dehors. Alors une seule envie : s’installer et lire, lire...

- Le fonds :
La médiathèque propose des collections d’imprimés mais aussi un grand nombre de ressources électroniques. Un part importante du fonds se trouve en langue anglaise, on reconnaît ces documents grâce à leur étiquette jaune.
Quelques chiffres
10 000 livres
150 périodiques
1000 films
800 CD
170 CD Rom
La médiathèque accueille 15 000 visiteurs et prête 30 000 documents par an.

- Heures d’ouverture :
Du mardi au vendredi : 11-19 h
Samedi : 11-17 h
Soit : 38 heures hebdomadaires

- Conditions d’abonnements : 3 types d’abonnements
Durée : livres 3 semaines, multimédia 1 semaine

Abonnement 1 livres : 4 livres, 2 périodiques, 2 video documentaires, 2 BD, 2 livres jeunesse, 2 BD jeunesse. Total 14 documents = 200 roupies par an (40 euros)

Abonnement 2 multimédia : 4 livres, 2 périodiques, 2 video documentaires, 2 BD, 2 livres jeunesse, 2 BD jeunesse, 2 films adulte, 1 film jeunesse, 2 CD adulte, 1 CD jeunesse. Au total 20 documents = 500 roupies par an (100 euros)

Abonnement 3 Collectivité : 20 livres, 10 périodiques, 5 BD, 5 video documentaires, 2 films, 2 CD. Au total 44 documents = 3000 roupies par an (600 euros)

- Autres services : Prolongation des documents, réservation (service gratuit par lettre ou E mail), suggestions d’acquisition, photocopies, possibilité d’écoute de cd et visionnage de films et cd rom sur place, TV5 à disposition, Internet (service payant 30 roupies par ½ heure), consultation de journaux en ligne (Le Monde, Le Figaro, Libération), 2 postes opac pour la consultation du catalogue.

- Un service original et performant, le catalogue en ligne :
www.France-in-india.org/virtual-library

Comprend les catalogues des 7 bibliothèques informatisées du réseau Inde + celui du CEDUST. Ces 7 bibliothèques sont celles de Ahmedabad (Nord ouest) ; Bangalore (sud) ; Chandigarh (Nord) ; Chennai (=Madras, Sud-est), Dehli (nord) ; Hyderabad (Centre sud) ; Mumbai (= Bombay, ouest). Le catalogue est en français et en anglais.
Logiciel : Paprika

Il donne accès à plus de 32 000 livres, 2200 documents audio visuels, 1700 CD, 420 CD rom, 100 périodiques, 600 documents FLE audiovisuels pour l’apprentissage de la langue française.
Ce site permet en particulier d’utiliser le prêt inter, il donne aussi les programmes d’animation, l’accès à une Newsletter, la consultation des nouveautés...
A noter : même non informatisée, une bibliothèque peut effectuer du prêt inter.

Peut-être vous demandez-vous qui fréquente le CEDUST et les bibliothèques des Alliances Françaises en général. En tout premier, les étudiants, ensuite un public francophone qui souhaite maintenir des liens avec la France et sa culture, enfin un public anglophone occidentalisé et cultivé, intéressé par la France à titre personnel, professionnel ou universitaire.

De manière générale, une bibliothèque d’Alliance se différencie d’une bibliothèque publique par le fait que sa mission est de représenter la France contemporaine à l’étranger. Donc pas question de trouver un Agatha Christie parmi les romans policiers ! (Je cite Agnès Macquin).
De même, on pourra être étonné de trouver environ 30 % des collections en anglais (40% sont même envisagés à la médiathèque du DEDUST) cela participe de la même volonté de mettre en avant la culture française et de favoriser les échanges auprès d’un public francophile mais pas forcément suffisamment à l’aise avec la langue française. Même politique pour les documents audiovisuels, qui sont choisis avec un sous titrage en anglais.

A noter : un petit fonds jeunesse est généralement constitué dans les bibliothèques d’Alliance. Il est proposé aux étudiants débutants qui peuvent ainsi lire des « livres faciles ».

Au CEDUST, par contre une véritable collection d’auteurs et d’illustrateurs français pour la jeunesse est disponible. Vitrine de l’Edition française contemporaine, la médiathèque accueille aussi des enfants et des classes. Des animations leur sont proposées comme des lectures d’albums, des séances d’écriture, des jeux-concours...

- La communication est très soignée au FIRC, et tout le service fonctionne en utilisant les ressources des nouvelles technologies. De toute évidence, nous avons affaire à des professionnels. Il a en effet derrière cette institution une équipe très performante de sept personnes. Une équipe complémentaire et très sympathique, remarquablement dirigée par Agnès Macquin. Agnès ne ménage ni son temps ni son énergie. Elle est partout, ne laisse rien au hasard, elle a l’art de vous mettre à l’aise, toute sa personne dégage chaleur et générosité.

J’aime bien le slogan d’appel qui se trouve sur le dépliant de présentation du FIRC :
For everything you ever wanted to know ABOUT France
DARE THE WEB
 !

Avant de repartir à Chennai je prends encore le temps de visiter la bibliothèque de l’Alliance française de Delhi.
Les étudiants sont chanceux car avec leur carte, ils peuvent aussi accéder à la médiathèque du CEDUST. De plus, les deux établissements sont proches l’un de l’autre, 5 minutes environ en voiture.

Adresse : 72 Lodhi Estate New Delhi 110003
Tel : 5101 2091-94
site web www .afdelhi.org
E-mail : library@afdelhi.org

La bibliothèque se trouve depuis 6 mois seulement dans un nouveau bâtiment à l’architecture moderne qui mêle verre et béton et s’organise dans la longueur.
Ainsi la bibliothèque : une longue pièce aux lignes strictes et sobres, murs et plafond en béton apparent, mobilier blanc, sol de marbre noir, le tout enveloppé d’une lumière tamisée grâce à un tulle métallique extérieur.
« L’été on meurt de chaud et nous n’avons pas de climatisation ! », me dit la jeune bibliothécaire. Un problème bien souvent évoqué dans le milieu des bibliothécaires qui regrettent de ne pas être plus souvent associés aux projets de création.

- Les collections :
9000 documents
24 titres de périodiques
Fonds très importants d’usuels, de romans et de documentaires sur l’art.
Un début de fonds jeunesse et de documents audiovisuels.
Un fonds sur l’apprentissage du français pris d’assaut par les étudiants.
60 places assises

- Accès à internet et à RFI (Radio France Internationale)
La bibliothèque est membre du réseau des bibliothèques en Inde et propose son catalogue en ligne : www.France-in-india.org/virtual-library

- Heures d’ouverture :
Lundi et mardi : 10h - 18h30
Mercredi à samedi : 9h30 - 18h
Soit : 50 heures d’ouverture hebdomadaire
Un essai est en cours pour proposer une ouverture le dimanche.

- Tarifs :
Abonnement étudiant : 250 roupies (50 euros)
Autres abonnements : 500 roupies (100 euros)

- Une politique d’acquisition partagée a été définie entre le CEDUST et la bibliothèque de l’Alliance. Par exemple, pas d’acquisition de livres FLE par le CEDUST et pas d’acquisitions de livres en anglais pour la bibliothèque de l’Alliance.

En résumé :
Me rendre à Delhi après avoir sillonné d’Inde du sud était finir mon périple en beauté, puisque je passais des branches (Trivendrum, Pondichery, Chennai, Bengalore, Pondichery) à la tête du réseau.

En conclusion, je dirais qu’il est très difficile en Inde d’instituer de l’organisation et que progresser prend toujours beaucoup de temps.
Le travail effectué par Agnès Macquin et ses prédécesseurs est donc remarquable dans ce contexte.

La tâche n’est pas terminée puisque sur les 13 bibliothèques centres de ressources du territoire et la médiathèque du CEDUST, 7 seulement sont informatisées et constituent le réseau actuel.

Cependant le prêt inter fonctionne, le fonds tournant également, les bibliothécaires indiens ne manquent pas de motivation et les formations proposées fédèrent le réseau et sont d’excellente qualité.

Il faudrait cependant davantage de moyens financiers et humains pour pouvoir dans une perspective pas trop éloignée espérer son achèvement et son efficacité dans le long terme.