Accueil > Bibliothèques Autour du Monde > Inde > 2005 : Chennai, capitale de l’Inde du sud

2005 : Chennai, capitale de l’Inde du sud

Une ville fourmillante, berceau des éditeurs

dimanche 18 juin 2006, par Sylvie Terrier

Chenai est une ville gigantesque.

12 millions ? 15 millions d’habitants ? Les chiffres varient, il est impossible d’obtenir une estimation exacte. Il faut deux heures en bus pour sortir de la ville, les engorgements sont permanents, la pollution courante, l’humidité et la chaleur au rendez-vous.

A Chennai, on se fatigue vite. Mais la ville dégage une énergie étonnante et dispose d’une grande richesse culturelle tant au niveau des arts du spectacle, (danse, musique, cinéma) qu’au niveau de la production éditoriale et des librairies.

Le rickshaw va vous faire traverser des quartiers de petits immeubles commerciaux puis prendre de longues avenues bruyantes sans feu de signalisation. Asphyxiés par les dégagement des tuyaux d’échappement, vous ne pourrez pas manquer cependant les immenses panneaux publicitaires. Dans les quartiers où se succèdent des échoppes minuscules et crasseuses, vous rencontrez de nombreuses vaches et des gens misérables qui n’ont comme logis qu’un bout de trottoir.

La ville grouille de vie, rien ne peut l’arrêter.
Vous voici à l’Alliance française. Un jardin paisible, un bâtiment solide, un hall d’accueil au plafond décoré de peintures modernes, l’Alliance est à l’image de la ville : dynamique et créative.

Adresse :
40, New No 24, College Road Chennai 600 006
Tel : +91 44 2827 98 03
Site web : www.af-madras.org
E-mail : afm@af-madras.org
Directeur : Jean-Pascal Elbaz

La bibliothèque porte un curieux nom « informathèque » . Cependant, comme toutes les bibliothèques du réseau, son rôle est d’être un centre de ressources sur la France contemporaine.
E-mail : librarian@af-madras.org

Je suis accueillie par Dhanapal, un jeune indien bibliothécaire qui me parle en français et m’invite avec beaucoup de gentillesse à visiter les lieux. Quelle belle médiathèque ! Aérée, chaleureuse de par sa couleur jaune clair, moderne avec ses lampes design et ses tables carrées en alu, attractive par la qualité de ses collections.

Nous passons de la salle des périodiques (une quinzaine de titres disponibles) avec ses deux postes internet en consultation libre à la salle audio visuelle équipée de deux postes de télévision. Là se trouve également le fonds jeunesse.

Puis nous voici dans la grande salle de lecture où se trouvent les collections de livres, rangées le long des murs. Tout communique, de grandes fenêtres-vitrines s’ouvrent sur la cour (la médiathèque se trouve au rez-de-chaussée du bâtiment), des étudiantes discutent en français, mes enfants qui m’ont accompagnée dans cette visite se plongent dans la lecture de Bandes Dessinées, ravis de découvrir qui un Corto Maltes qui une aventure de Jojo...

Les livres sont couverts, étiquetés et en très bon état (la notion de désherbage est connue ici de toute évidence !)

Heures d’ouverture :
— Lundi à samedi : 9h30-13h et 14h-19h
— Mercredi : 14h-19h
— Vendredi : 9h-13h et 14h-18h30

Soit : 47h30 d’ouverture par semaine
Prêt : 4 livres pour une durée de 2 semaines + 2 CD ou video ou Cd-rom (une caution de 500 roupies est alors demandée). Prolongation possible
Possibilité de prêt entre bibliothèque, coût 15 roupies par ouvrage.

Les collections :
4800 documents
Dont 300 CD, 400 BD, un fonds jeunesse, Une bibliothèque pédagogique pour les enseignants, un important fonds de DVD et de vidéo comprenant des fictions, des documentaires ainsi que des films d’animation.
27 places assises dans la salle de prêt.

Le fonds de livres comprend des documentaires, des livres sur l’Inde, de la poésie, du théâtre, des romans français et étrangers, des livres an anglais, un fonds littérature, des Bandes Dessinées.

Le bibliothécaire participe activement à l’achat des documents en faisant des propositions d’acquisitions. La médiathèque de Chennai s’est spécialisée dans les ouvrages sur la traduction Anglais/Français, Français/Anglais et le théâtre. Selon les objectifs fixés par le CEDIST, le nombre de livres de littérature française en anglais augmente.

Bientôt sur les rayons : Antigone/Anaouil ; The Stanger (l’Etranger)/Camus, Albert ; The Misanthrope/Molière ; The Certeau reader/Certeau, Michel de.

Fréquentation : nombre d’abonnés pour l’année : 318, des étudiants pour la plupart (L’Alliance en compte près de 2000, elle est la deuxième après Delhi au niveau du nombre d’étudiants).

L’inscription est gratuite pour les étudiants, de 1000 roupies (50 euros) pour les membres individuels.

La bibliothèque est informatisée. Le logiciel Paprika a permis à la médiathèque de l’Alliance de Madras de rejoindre le réseau des bibliothèques françaises en Inde et de proposer son catalogue en ligne : www.France-in-india.org/virtual-library

La médiathèque est tête de réseau pour la partie Inde du sud. Elle gère le prêt inter et le fonds tournants pour les bibliothèques des Alliances de Trivendrum, Bengalore, Pondichery et Hyderabad.

La médiathèque organise des animations à raison d’une animation par mois avec des temps forts comme au mois de mars, traditionnellement consacré à la francophonie. Les animations avec des enfants sont aussi d’actualité. Des concours d’écriture pour enfant et adolescents ont été organisés. Les animations se déroulent souvent dans la salle de lecture, cela renforce la convivialité et contribue sans doute à cette sensation de vie et d’échange que l’on ressent quand on entre dans cette médiathèque.
Un bel exemple à suivre !

Les Editions TARA
J’avais découvert ce petit éditeur indien, originaire de Madras, en France il y a quatre ans et nous avions échangé quelques mails amicaux. L’occasion de me trouver sur place est trop belle : je prends rendez-vous et me rends « in vivo » à la maison d’édition.

Le rickshaw a beaucoup de mal pour trouver l’endroit, les numéros ont changé, le quartier est un complexe assemblage de maisons individuelles plutôt cossues, le chemin en terre battue l’oblige à zigzaguer entre les trous.

Il y a juste une petite pancarte sur le portail de la maison : TARA. La maison sert donc à la fois d’habitation et de bureau. Le chauffeur est en sueur, il me propose de m’attendre pour le retour.

Adresse :
Tara Editions (Publishing)
38/GA Shoreham
5th Avenue Besant Nagar
Chennai 600 090 INDIA
Tel : +91 44 24440 1696
E-mail : mail@tarabooks.com

JPEG - 19.6 ko
Geetha

Je suis reçue par Geetha, l’une des deux directrices d’Edition. Avec bienveillance et beaucoup de plaisir, elle me montre toute la collection de livres du catalogue, essentiellement des albums pour la jeunesse.

Les Editions Tara existent depuis dix ans, les livres sont imprimés de manière artisanale sur du magnifique papier fait à la main, en provenance de Pondichery, ils sentent l’encre, l’illustration est superbe, le texte soigné.
Geetha m’invite à boire une tasse de thé vert sous la véranda. Malgré la verdure, il fait encore très chaud. On entend les trains siffler tout près et les cris des marchands de rue. En Inde, le silence n’existe pas.

La discussion continue Je comprends qu’il y a une véritable philosophie derrière les Editons Tara :
— Proposer des auteurs et des artistes contemporains indiens
— Ne pas produire plus de 10 livres par an
— Soigner l’illustration et la qualité des matières premières (collection « Bookcraft »)
— Mettre en avant l’illustration, qui aborde l’art en faisant appel à des artistes tribaux, en particulier l’ethnie Gong au centre de l’Inde. L’album prend une valeur artistique.
— Donner une autre nouvelle image de la littérature pour enfants.

Les Editions Tara ont vite été repérées par les éditeurs occidentaux et asiatiques. En France, les Editions Syros, Seuil et Gallimard ont déjà acheté les droits et publiés des albums en français : Le tigre sur l’arbre ; Le Mahabharatha (deux volumes chez Gallimard, mais le format a été diminué, ce qui enlève de la force aux illustrations).

Il existe également des traductions en italien, hollandais, japonais, allemand.
Pour découvrir le catalogue :
www.tarabooks.com

Distributeur en France :
Sidonie Bancquart-warren
Tel : 04 91 91 35 87
E-mail : sidonie@seaofstories.com

Je suis très enthousiaste devant le travail de Geetha et de son équipe, 7 personnes au total. En effet, tout reste à faire en Inde au niveau de la littérature et de la production de livres pour la jeunesse. On se souvient que les bibliothèques pour enfants sont rares et quand elles existent, constituées d’albums brochés plus poche du coloriage et d’ouvrages issus des éditions anglo-américaines.

Il y a en Inde un travail colossal à entreprendre pour convaincre le gouvernement à dégager des fonds pour l’Edition en direction de la jeunesse. Les artistes sont là, la demande aussi.

— Il est vraiment dommage qu’un enfant passe toute sa scolarité avec le même album dans son cartable, dit Geetha.

De même, les instituteurs au salaire dérisoire, devraient pouvoir avoir l’opportunité de lire des histoires aux enfants (les classes dépassent souvent 50 élèves) et de mettre entre leurs mains de beaux livres avec des illustrations de qualité. Ce serait aussi une manière d’encourager leur dévouement, de reconnaître leur travail et favoriser le développement de l’Education dans le pays.

Je vous conseille trois titres, particulièrement réussis, mais tout le catalogue mérite votre attention.

— The very ungry Lion = Le lion affamé : les illustrations s’inspirent du style Warli, un art ancien tribal très stylisé.

— One, Two, Tree ! un album pour apprendre à compter, illustré par Durga Bai, une artiste Gong.

— The Maharabaratha =Le Mahabaratha (2 albums) : célèbre épopée indienne qui raconte les combats des Dieux pour le pouvoir. Les illustrations, magnifiques, ont été réalisées par une enfant de 11 ans.

J’aimerais rester des heures chez Gettha, à lire tous ces livres à portée de main, rangés dans une grande étagère. Mais le rickshaw s’impatiente, deux heures déjà qu’il attend ! Il me prend et nous replongeons dans l’enfer de la circulation et de la pollution.

Heureusement, j’ai la tête remplie d’images et encore dans les narines la bonne odeur du papier et de l’encre fraîche. Des rencontres comme celle-ci ne s’oublient pas.

A bientôt Geetha...