Accueil > Bibliothèques Autour du Monde > Laos > 2015 : Les bibliothèques et la lecture à Luang Prabang, Laos

2015 : Les bibliothèques et la lecture à Luang Prabang, Laos

vendredi 29 mai 2015, par Sylvie Terrier

Luang Prabang est une ville musée, classée dans son intégrité patrimoine mondial UNESCO. Nichée entre deux bras de rivière, Le Mékong et la rivière Nam Kahn elle fut la capitale royale du Lang Xang (royaume du million d’éléphants) du 14eme siècle à 1946.

Aujourd’hui, la ville dispose d’un aéroport, elle se visite à pieds, en vélo ou en tuk tuk, sa richesse culturelle et esthétique en fait un haut lieu touristique surtout en hiver. En période de mousson la ville s’alanguit, vous ressentirez une sensation presque nostalgique en contemplant sous la chaleur oppressante, les eaux boueuses du Mékong.

Quand j’arrive à Luang Prabang en ces premiers jours de février, j’ai déjà fait un beau périple dans le nord du pays. J’ai découvert un pays paisible, couvert de forêts vierges, desservi par de rares voies de communication. La vie encore très rurale, s’arrête souvent à la tombée du jour, dans le froid de la nuit. Il y a beaucoup d’enfants dans les villages, peu d’écoles et… je n’ai pas encore vu de bibliothèques.

C’est à Luang Prabang que j’ai visité ma première bibliothèque et découvert plusieurs actions pour le développement de la lecture. J’avais avant mon départ contacté l’agence française COBIAC qui, en partenariat avec la Bibliothèque Nationale de Vientiane a construit plusieurs bibliothèques en milieu rural. Je m’étais promis d’en visiter au moins une, mais sans accompagnement et manquant de temps je n’ai pu réaliser cet objectif.

Trouver des informations avant de partir sur l’édition laotienne s’avère difficile. Tout aussi difficile une fois sur place. J’observe une chaine du livre qui vit au ralenti. Peu d’éditeurs, peu de livres, peu de librairies et donc peu de bibliothèques. Même observation pour la presse. Je n’ai pas trouvé de journal à acheter, ni pu observer de lecteurs de quotidiens.

Pourtant des journaux existent, la plupart contrôlés par le Ministère de l’Information et de la Culture ou par une organisation politique. Publiés en langue lao, ils se nomment Paxason, Vientiane May, Pathet lao. Le centre de presse en langues étrangères édite un quotidien Vientiane Times en anglais et un hebdomadaire Le Rénovateur en français.

La bibliothèque municipale de Luang Prabang m’a offert l’opportunité de trouver et lire ces journaux pour la première fois. C’est aussi à Luang Prabang que j’ai découvert de belles initiatives autour de la lecture, surtout en direction des enfants. Le tourisme favoriserait-il le développement de la lecture publique au Laos ? Bien géré, orienté vers le développement durable et le respect des populations, la réponse pourrait être positive.

Il semblerait que la chaîne du livre évolue actuellement au Laos en particulier autour du livre scolaire et de l’édition pour la jeunesse. ONG, associations, initiatives locales travaillent dans cette direction dans un bel élan de solidarité partagée. La gratitude des enfants en témoigne.

1- La bibliothèque municipale de Luang Prabang
Adresse : Sisavangvong Road, opposite Wat Mai Tel : +85620 55670890
Email : Thantasoy@yahoo.com
Horaires d’ouverture : de 8 à 17h du lundi au dimanche, fermeture le samedi et le dimanche à 16h.

La bibliothèque, implantée dans une belle maison en plein centre ville accueille toute forme de public. La porte est grande ouverte, quelques marches à franchir et vous voici à l’intérieur. Un vaste canapé, une grande table de lecture, une présentation de livres sur la ville et le pays, des revues, des journaux vous donnent envie de vous installer pour lire dans une ambiance paisible, un rien désuète.

Cinq espaces composent cette bibliothèque, l’accueil, la salle américaine équipée de collections de livres en langues anglaise et de 4 PC, la salle d’étude et de documentation, la bibliothèque des enfants, la salle d’animation.

Je rencontre Seng Dao. Seng est aide bibliothécaire et le grand frère de tous les petits laotiens qui fréquentent cette bibliothèque. C’est lui aussi qui part en tournée dans les villages. Il parle un peu anglais, son aide est précieuse. Trois professionnels et quatre volontaires travaillent dans cette bibliothèque, me dit-il.

Une petite fille se précipite sur Seng, avec grande douceur, il la conduit vers la bibliothèque des enfants où se trouvent d’autres enfants en train de dessiner sur des tables basses. Il y a des livres partout, des albums colorés, rangés de face sur des meubles en forme de chevalet. 600, 800 ? Seng ne sait pas exactement.

Dans la salle d’étude, les livres documentaires sont accessibles en libre accès, en bon état, ils sont classés selon la classification Dewey. Au centre de la pièce, une table de travail, des chaises. Un jeune moine lit, une collégienne révise ses cours, l’ambiance est studieuse, concentrée, la lumière crue.

La salle américaine propose des collections de romans et des documentaires en langue anglaise mais ce sont surtout les 4 PC qui attirent le public, des enfants en fait, vifs et joyeux qui se rassemblent autour de jeux éducatifs. Seng régule et change régulièrement les programmes.

De manière générale cette bibliothèque plait à tout le monde qu’il s’agisse de cette famille française qui s’installe dans le grand canapé à l’entrée pour lire des albums en français, de ces enfants venus seuls, de ces jeunes étudiants.

La bibliothèque est soutenue par le gouvernement laotien mais aussi par L’ONG américaine The Community Learning International. Cette dernière développe au sein de la bibliothèque une activité de collecte de livres. Dès l’entrée, les visiteurs sont discrètement invités à faire un don, même de quelques dollars (un livre coûte 2 dollars, un uniforme d’écolier 5, un vélo 70, une corde à sauter 2).

Traduction de l’affichette : oui vous pouvez aider ! Achetez un de ces livres, placez le dans la pochette, quand nous en aurons rassemblé 100, nous les acheminons vers les villages, par bateau ou en tuk tuk. Le mode d’emploi est simple !

Comme je l’ai déjà dit, l’accès à l’éducation reste problématique au Laos. De nombreux villages sont privés d’école. J’ai souvent rencontré sur les chemins de terre des enfants parcourant seuls des kilomètres à pieds, leur cartable arrimé sur le dos. Les minorités ethniques ne parlent pas la langue lao. Dans ce contexte, l’accès à l’alphabétisation reste difficile.

2- The Community Learning International = CLI

Cette ONG, établie au Laos depuis 1997, s’adresse aux enfants et développe des projets dans le domaine de l’éducation. Elle travaille sur trois axes principaux :
- La construction d’écoles primaires
- La mise en place de learning centres (une maison constituée de 2 pièces, une pour des activités éducatives une autre pour l’installation d’une bibliothèque)
- La bibliothèque flottante des enfants lao = The Lao Children’s Library boat, simplement nommée Book Boat. Il s’agit de 3 balinières blanches et bleues, identiques à celles qui sillonnent le Mékong. Elles apportent des livres aux enfants des villages, souvent isolés de tout autre moyen de communication.

A l’intérieur des bateaux, les livres sont rangés sur trois rangées d’étagères en gradin. Présentés de face, ils sont attirants et colorés. Les enfants circulent au centre. Un tapis posé sur le sol permet une lecture sur place et à l’ombre, dans une posture décontractée. Un bateau peut transporter des centaines de livres. Il arrive au village tôt le matin et reste toute la journée. Les enfants de tout âge se succèdent, leur appétit de lecture est immense. Une fois la nuit tombée les enfants peuvent emprunter des livres le temps de la soirée. Ils les lisent chez eux à la lumière d’une lampe ou d’une bougie. Ils les ramènent au matin car le bateau bibliothèque s’en va vers une autre destination.

Les book boats fournissent aussi des sacs de livres comprenant chacun 100 titres qu’ils laissent dans des points relais que sont les écoles. Ces sacs tournent entres ces différents relais afin de renouveler les collections. L’activité des book boat n’est pas d’avantage développée par l’association qui préfère dans un premier temps investir plus dans les programmes éducatifs.

Les équipes éducatives acheminent aussi les livres par tuk tuk. Plus de 75 villages bénéficient de ce service dans la province de Luang Prabang. L’arrivée des livres est une fête, mamans et enfants attendent l’arrivée des livres. Les animateurs proposent des lectures animées et profitent de l’évènement pour mener conjointement des actions de prévention (santé, hygiène).

Site : www.communitylearninginternational.org
Les deux dernières photos sont tirées du site.

3- The big brother mouse = BBM
Adresse : Wat Nong
Phayaluangmeungchan Rd
Luang Prabang tel +856 071 254 937
Lao PDR

C’est le hasard qui m’a fait découvrir ce matin un petit livre glissé parmi les dépliants touristiques de l’hôtel, The big Brother Mouse. Un petit livre écrit en anglais qui existe aussi en français, présentant une drôle de souris cartable sur la hanche et gros crayon à la main. Un mini livre de coloriage ? Non. Un livre didactique qui raconte avec simplicité l’histoire d’une association éditrice de livres pour la jeunesse, illustrée de photos d’enfants heureux de lire. Sur le quatrième de couverture, pas de résumé mais un plan pour trouver The big Brother Mouse.

Je m’y rends sans attendre, cheminant à l’ombre des palétuviers, passant devant le magnifique temple Wat Nong avec son toit doré délicatement recourbé.

Il est facile de trouver l’association. De plein pied sur la rue, l’endroit est grand ouvert. Il rassemble une libraire et un espace convivial d’animation et de travail. Grandes tables de travail, posters aux murs, personnel jeune, l’accueil est simple, doux, comme il se doit au Laos.

Je ne le sais pas encore en entrant mais le fondateur Sacha est là, en train de discuter avec d’autres membres de l’association. D’origine canadienne, cet ancien libraire parle couramment lao.

Le principe de départ de BBM repose sur un constat simple et triste à la fois : « il n’y a pas de livre au Laos et les laotiens ne lisent pas ».

« Sous l’impulsion de son fondateur, Sasha, c’est toute une équipe de jeunes laotiens (de 16 à 24 ans) qui travaillent dur pour que lire devienne un plaisir. Partant de contes traditionnels laotiens, ils écrivent et illustrent eux-mêmes des histoires qui sont avant tout distrayantes. » http://www.coeur-vert.com

Les premiers livres ont été publiés en 2006. Depuis l’association a bien grandi puisqu’il semblerait que Big Brother Mouse soit devenu le premier éditeur indépendant au Laos.

A ce jour le catalogue compte près de 300 titres différents. Les livres coûtent entre 10 000 et 40 000 kips. Le catalogue comprend en majorité des albums mais aussi des documentaires et des romans. Éditer un livre coûte entre 2000 $ et 4000 $.

Rassembler des fonds et obtenir les autorisations de publication restent des obstacles à franchir tout comme la question des auteurs. Il est facile de trouver de bons illustrateurs ou de bons conteurs Laos, beaucoup plus difficile de trouver des auteurs, le pays n’ayant pas une culture de l’écrit.

Alors comment participer et collaborer au développement de BBM ?
- Achetez des livres dans les différentes boutiques Big Brother Mouse. Offrez- les comme cadeaux à vos amis français ou bien faîtes en dons aux enfants lao que vous rencontrerez (vous pouvez aussi les offrir à une école). L’association insiste sur ce point, mieux vaut offrir des livres que des bonbons.
- Traduisez ou corrigez des livres de langue anglaise en langue lao (ou vis versa)
- Cédez vos droits si vous êtes auteur afin que votre livre soit traduit en lao
- Recommandez le site BBM et faites le connaitre autour de vous
- Sponsorisez l’édition d’un livre
- Donnez des cours d’anglais gratuitement au siège de l’association
- Sponsorisez un programme éducatif (200 dollars)
- Sponsorisez une book party : 400 livres seront offerts à une école de village, vous serez invités d’honneur et assisterez à tout le déroulé de l’opération, animation, médiation en compagnie des animateurs et des enfants (coût entre 350 et 450 dollars).

Et si vous passez par la nouvelle capitale, Vientiane à 280km de Lunag Prabang, ne manquez pas l’autre point de vente de livres de la BBM : near the National Stadium, on the corner of Phai Nam and Haiphong roads, Vientiane Lao PDR Tel : +856 021 264 513

Envie d’en savoir plus ? Consultez le site, très bien documenté (en anglais). www.bigbrothermouse.com
Les 2 premières photos sont tirées du site.

Prochain article, Vientiane : la Bibliothèque Nationale et l’Institut culturel français du Laos.


Voir en ligne : Cobiac