Bibliotheque Autour du Monde

Accueil > En poésie > 1985 : Attente

1985 : Attente

lundi 24 décembre 2018, par Sylvie Terrier

... Elle arrêta le moteur de la voiture blanche et se trouva face à la mer.
Dans sa légère robe de crêpe, elle frissonna. Ramena le col de sa veste blanche contre sa joue.

La mer était tranquille et pourtant elle avait quelque chose de fascinant qui l’attirait.
Tous les jours elle allait la voir. Elle restait là, à avoir froid dans sa robe d’été.

Elle pensa que jamais elle ne retournerait "la-haut". La-haut, c’était le froid, l’hiver, l’ennui. Ici au moins elle pouvait voir la mer. Elle pouvait s’en emplir les yeux, le ventre. Au moins il y avait cela.

Un enfant... Elle chassa cette idée et suivit le vol haché d’une mouette déséquilibrée par le vent.

Bien sûr, ici comme ailleurs rien ne se passait, mais elle se sentait le devoir de vivre. Pour la mer. Pour d’autres ? Elle ne se posait plus la question . Les autres, elle s’en était désespérément blessée.

Un fin crachin se mit à tomber. Elle se souvint de la voiture blanche qui l’attendait tout près. Elle respira profondément puis tourna le dos à la mer. Face à elle, une balustrade bleue lui emprisonna l’horizon.